Osechi ryôri

Osechi ryôri est le nom désignant les offrandes de nourriture qu’avaient l’habitude de faire les habitants aux kami (les dieux du shintoïsme). De nos jours, Osechi ryôri désigne les plats traditionnels du Nouvel An japonais.

Le terme osechi réfère à l’origine à o-sechi, une période importante, comme une des cinq festivités saisonnières qui marquent le changement de saison du calendrier chinois et ou l’on offre de la nourriture aux dieux.

De nos jours, osechi désigne les plats préparés spécialement pour  le Nouvel An (oshōgatsu). et servi dans des boites en laque, appelées jubako, à plusieurs niveaux symbolisent l’espoir et le bonheur. Traditionnellement les jūbako comportaient cinq niveaux, le cinquième niveau était laissé vide en tant que réserve dans l’espoir que la richesse augmentera à l’avenir. De nos jours, on utilise quasiment plus que des boîtes à trois niveaux.

 

la coutume veut que tous les plats soient préparés avant le 31 décembre, et qu’ils puissent être consommés durant les 3 premiers jours de l’année suivante, qui par tradition étaient des jours de repos, afin de ne pas déranger les divinités. la préparation d’Osechi ryōri commence à la fin de l’année en faisant bouillir, griller, sécher ou macérer des aliments locaux afin qu’ils conservent plus longtemps.

Les plats qui composent osechi ryōri varient en fonction des régions et des personnes qui les composent. Toutefois, ils sont préparés pour souhaiter la santé et le bonheur de la famille pour l’année à venir. Les noms, les couleurs et les formes des aliments sont souvent en relation avec l’accueil de la bonne fortune.

Parmi les plats typiques, on peut citer, entre autre :

  • kazu no ko: œufs de hareng.
  • Kōhaku namasu : salade de daikon
  • Kuri Kinton: châtaigne confite
  • kamaboko : pâté de poisson
  • ebi no yakimono: crevettes cuites dans de la sauce soja et du dashi
  • datemaki : omelette mélangée avec de la pâte de poisson

 

 

よいお年を

Fermer le menu